Répliques de films

Give ’em Hell, Harry! (1975)

“Harry Truman: Mr. Churchill, the point of my story, Mr. Churchill does things just a little differently now. He ran into the lady in some party in London, the kind of party Winston truly enjoys and he derives much of his joy from imbibing rather large amounts of brandy. Well, he was seated next to lady Astor and she ought to give the Prime Minister a little lecture and she said: ‘Mr. Prime Minister, I think you are quite drunk!’. Well, Winston looked at her and said: ‘You’re quite right my lady, I am quite drunk but you’re quite ugly and tomorrow morning I’ll be undisputedly sober.’ ”

***

Lancelot du lac (1974)

« Lancelot : Il était de moi de ramener le Graal.
Guenièvre : Ce n’est pas le Graal, c’est Dieu que vous vouliez. Mais Dieu n’est pas un objet qu’on rapporte. »

« Artus : Jurer n’est point prouver. »

***

Ridicule (1996)

« Aristocrate dans l’assistance : Il est moins sot qu’il n’en a l’air !
Ponceludon de Malavoy : C’est toute la différence entre nous, monsieur. »

« Montalieri : Moi, je n’épouse que les pucelles. Mais elles nous vendent bien cher un trésor dont tous les hommes ont la clef. »

« Madame de Blayac : L’esprit est tout le contraire de l’argent ; moins on en a, plus on est satisfait. »

***

My Dinner with Andre (1981)

“Wallace: And I mean, you know, it’s the same with any kind of prophecy, or a sign, or an omen. Because if you believe in omens, then that means that the universe…. I mean, I don’t even know how to begin to describe this. That means that the future is somehow sending messages backwards to the present. Which means that the future must exist in some sense already in order to be able to send these messages. And it also means that things in the universe are there for a purpose: to give us messages. Whereas I think that things in the universe are just there.”

“Wallace: You mean, because somehow when you are alone, you’re alone with death. I mean, nothing’s obstructing your view of it or something like that. […] You know, if I understood it correctly, I think Heidegger said that if you were to experience your own being to the full, you’d be experiencing the decay of that being toward death as a part of your experience.”

***

The Kidnapping of the President (1980)

“President Scott: Perhaps this is a good point in time to remind you, O’Connor, that the Secret Service was designed for the president, not the president for the Secret Service.”

***

Café Society (2016)

“Phil: Two-time Academy Award winner.
Bobby: Wow, congratulations.
Hollywood Writer: Thank you. You’ve never heard of me, I’m a writer.”

“Mother: First a criminal. Now a Christian. I don’t know what’s worse.”

***

Maps to the Stars (2014)

“Agatha Weiss: How did you find me?
Stafford Weiss: Please, no film noir questions.”

“Havana Segrand: I wanted to ask you something. Do you see men?
Agatha Weiss: Sometimes.
Havana Segrand: Are you seeing someone now?
[Agatha uneasily smiles.]
Havana Segrand: You are!
Agatha Weiss: Just dating a little.
Havana Segrand: What does he do?
Agatha Weiss: He’s an actor.
Havana Segrand: Oh God! They’re the worst! You have to fight them for the mirror in the mornings.”

***

A Serious Man (2009)

“Larry Gopnik: You understand the dead cat? But… you… you can’t really understand the physics without understanding the math. The math tells how it really works. That’s the real thing. The stories I give you in class are just illustrative. They’re like fables, say, to help give you a picture. An imperfect model. I mean, even I don’t understand the dead cat. The math is how it really works.”
Réplique qui met exactement le doigt sur la différence qui existe entre les mathématiques et la physique.

“Voice: Okay, well, you received your twelve introductory albums and you have been receiving the monthly main selection for four months now.
Larry: ‘The monthly main selection?’ Is that a record? I didn’t ask for any records.
Voice: To receive the monthly main selection, you do nothing. You–
Larry: That’s right! I haven’t done anything!
Voice: Yes, that’s why you receive the monthly main selection. The last–
Larry: But I–
Voice: The last one was Santana Abraxis. You–
Larry: I didn’t ask for Santana Abraxis!
Voice: You request the main selection at the retail price by doing nothing. It is automatically mailed to you. Plus shipping and handling. You’re about to–
Larry: I can’t afford a new record every month! I haven’t asked for–
Voice: You’re about to get Cosmo’s Factory, sir. The June main selection.”
Situation proprement kafkaïenne!

“[The secretary rises, goes to the door behind her, opens it, shuffles into the dimness where she speaks quietly with the aged rabbi, who is idle. She shuffles back, closes the door and sits down.]
Marshak’s Secretary: The rabbi is busy.
Larry Gopnik: He didn’t look busy!
Marshak’s Secretary: He’s thinking.”

“No Jews were harmed in the making of this motion picture.”
Dans le générique de fin !

***

The Nice Guys (2016)

“[At a party.]
Holly: Dad, there are whores here and stuff.
Holland March: Don’t say ‘and stuff’. Just say, ‘Dad, there are whores here.’ ”

***

Live Free or Die Hard (2007)

“Matt Farrell: You just killed a helicopter with a car!
John McClane: I was out of bullets.”

“Thomas Gabriel: McClane? I thought I killed you already.
John McClane: I get that sometimes.”

***

Juste la fin du monde (2016)

« Mère : Je ne te comprends pas, mais je t’aime. Et ça, personne ne pourra me l’enlever. Un temps. Tu peux la garder celle-là pour une de tes pièces. »

***

Magnum Force (1973)

“Sunny: [as Harry walks by to his appartment] Hi!
Harry Callahan: Oh, hi… what’s your name?
Sunny: Sunny. You know, I’ve been living here for almost six months now. It’s funny I’ve never met you before.
Harry Callahan: Oh well… I work a lot.
Sunny: I know. You’re the cop who lives upstairs.
Harry Callahan: That’s right.
Sunny: Mind if I ask you a question?
Harry Callahan: Go ahead.
Sunny: What does a girl have to do to go to bed with you?
Harry Callahan: [blinks twice, then smiles] Try knocking on the door.”

“[At the morgue. They’re looking at the dead bodies of a pimp and one of his prostitutes.]
Harry Callahan: How did she get it?
Police officer: Sometime before he got hit, he poured a can of drain cleaner down her throat.
Harry Callahan: That shows a certain sense of style.”

***

War Dogs (2016)

David and Ephraim are at a diner.
David (voiceover): The more Ephraim talked, the more it made sense. Besides, compared to my other prospects, it was the chance of a lifetime. My only issue was – what would I tell Iz?
David and Iz are in the kitchen.
Iz: I think it’s a great idea.
David (voiceover): So I lied.”

***

Les Bronzés (1978)

« À l’arrivée au village de vacances quand l’averse se déclenche.
Touriste : Ah ben, c’est le bouquet, j’ai la case moule ! »

***

To Live and Die in L.A. (1985)

“[While John Vukovich is chasing one of the two credit card counterfeiters.]
Credit Card Counterfeiter: Why are you chasing me?
John Vukovich: Why you running?
Credit Card Counterfeiter: ’Cause you’re chasing me, man!”

***

Mystic River (2003)

“Whitey Powers: The moment I laid eyes on him, I could tell he’d done time. They never lose it, you know. That tension, it settles up around their shoulders.
Sean Devine: He just lost his daughter, maybe that’s what’s settled in his shoulders.
Whitey Powers: No, that’s in his stomach. The tension in his shoulders, that’s prison.”

***

The Bastketball Diaries (1995)

“Swifty: You’ll never play basketball here again. That you can count on.
Jim: You can’t kick me off the team, Swift.
Swifty: Oh, why is that ?
Jim: ’Cause I quit the team.”

***

Garde à vue (1981)

« Maître Martinaud : Les médiocres se résignent à la réussite des êtres d’exception. Ils applaudissent les surdoués et les champions. Mais la réussite d’un des leurs, ça les exaspère. Elle les frappe comme une injustice. »

« Maître Martinaud : J’ai l’air aigri comme ça, mais cette année j’ai pas reçu de carton. La Poste a dû le perdre.
Inspecteur Gallien : Vous avez des regrets ?
Maître Martinaud : Ben oui, parce que c’est gentil, ces petites fêtes-là. Les embrassades sous le gui, les dernières histoires belges. Ça permet aux dames de sortir leurs bijoux, de danser avec leurs amants, de les présenter à leur mari… »

« Inspecteur Gallien : Vous étiez sur des échasses ?
Maître Martinaud : Mmm… Non, pas ce jour là, non. »

***

Mélodie en sous-sol (1963)

Dialoguiste : Michel Audiard
Monsieur Charles : Jean Gabin
Francis : Alain Delon

« La mère de Francis : Un jour, c’est ton père et moi que tu tueras ! De chagrin !
Francis : Et bien, comme ça, on retrouvera pas l’arme du crime ! »

« Francis (en parlant de son beau-frère) : Il est d’une honnêteté monstrueuse. Un vrai pervers. »

« Monsieur Charles : À partir de maintenant, on travaille au chrono. Parce qu’une minute d’écart veut pas dire forcément soixante secondes. Ça peut se transformer en années de placard. Crois-moi, j’connais la question. »

« Francis (à une prostituée qui se fait passer pour une comtesse russe) : Te fatigue pas, Totoche, on est du même monde.
Francis sort du bar. »

***

Les Aventures de Rabbi Jacob (1973)

Dialoguistes : Gérard Oury & Danièle Thompson
Victor Pivert : Louis de Funès

« Victor Pivert : Alors, écoutez-moi, vous faites comme d’habitude : vous, vous promettez tout et moi, je ne donne rien ! »

« Victor Pivert : Il a un cheveu [sur la langue], mais il est riche, riche comme moi, et catholique comme tout le monde ! »

« Le policier : C’est de mon collègue ou de moi que vous vous foutez ?
Victor Pivert : Ah, des deux ! Je me fous des deux ! »

« Salomon : Moi, je n’ai qu’une question à vous poser. Mon patron m’a flanqué à la porte parce que je refusais de travailler le samedi. Qu’est-ce que vous feriez à ma place ?
Victor Pivert : Demande-lui de te réengager, il te dira voui ! Demande-lui de t’augmenter, il te dira voui !
Salomon, avec espoir : De me doubler ?
Victor Pivert : Il te dira voui !
Salomon : De me tripler ?
Victor Pivert : Il… (Il se ravise.) Il te dira non. »

***

OSS 117 : Le Caire, nid d’espions (2006)

Dialoguistes : Jean-François Halin & Michel Hazanavicius
OSS 117 : Jean Dujardin
Larmina : Bérénice Bejo
Colonel Moeller : Richard Sammel

« Larmina : Je suis Larmina El Akmar Betouche, la secrétaire de M. Jefferson.
OSS 117 : Quel nom compliqué ! Hubert Bonisseur de La Bath, mais ici je suis Lucien Bramard. Enchanté. »

« OSS 117 (à Larmina qui lui propose une cigarette) : Ne pas fumer me tue. »

« OSS 117 : Vous voyez l’automobile derrière moi ?
Larmina : Oui.
OSS 117 : Ça fait un petit moment que je l’observe.
Larmina : Eh bien ?
OSS 117 : Eh bien, elle est absolument impeccable ! C’est quand même bien mieux une voiture propre, non ? À l’occasion, je vous mettrai un petit coup de polish. »

« OSS 117 (à Moeller) : Qui êtes-vous, que faites-vous ici et à qui ai-je l’honneur ? »

« OSS 117 (à Larmina après qu’elle lui a apporté son petit-déjeuner au lit) : J’aime me beurrer la biscotte. »

« OSS 117 : La choukran. »

« OSS 117 (à Larmina lorsqu’elle le retient prisonnier) : Si tous les hommes avaient ces seins rebondis, ce sillon mammaire impeccablement dessiné, ces tétons qui pointent à la moindre émotion, à la moindre brise, ces tétons que l’on a envie de mordiller, ces mamelons roses de vie, gorgés d’envie. »

« Colonel Moeller : Herr Bramard, que sommes-nous, petits éleveurs d’animaux, face à ces chefs-d’œuvre qui ont traversé les millénaires ?
OSS 117 : Oh, je ne sais pas du tout, là. Rien, non ? »

« Colonel Moeller : Bla bla bla bla bla bla… C’est marrant que c’est toujours les nazis qui ont le mauvais rôle. Nous sommes en 1955, Herr Bramard ! On peut avoir une deuxième chance ? Merci. »

« OSS 117 : Venez, nous avons une grosse heure de dromadaire. »

***

La Règle du jeu (1939)

Scénariste & dialoguiste : Jean Renoir
Octave : Jean Renoir

« Geneviève : Vous êtes un homme faible.
Marquis : Oui, je tiens ça de mon père. »

« Octave : Sur cette terre, il y a une chose effroyable, c’est que tout le monde a ses raisons. »
Idée selon laquelle même les personnes agissant de manière malveillante ont toujours des raisons d’agir comme elles le font.

« Marquis : Faites cesser cette comédie!
Corneille (majordome) : Laquelle, Monsieur le marquis? »
Lors de la fête donnée dans la demeure de La Colinière, le jeu ressemble tellement à la réalité que le majordome ne sait plus de quelle comédie le marquis parle : de la course-poursuite qui s’est engagée entre Schumacher, le mari cocu, et Marceau, l’amant, ou de la soirée déguisée organisée par le marquis.

« André Jurieux : En tout cas, vous avez une fameuse droite.
Marquis : Oh, mais je vous en prie. »

« Octave : Son cas [celui d’André Jurieux], eh bien, c’est le drame de tous les héros modernes. Ces gens-là, quand ils sont en l’air, ils sont formidables. Et quand ils retouchent terre, ils sont faibles, ils sont pauvres, ils sont désarmés, ils sont maladroits, comme des enfants. Ils sont capables de traverser l’Atlantique et ils sont pas fichus de traverser les Champs-Élysées à pied en dehors des clous. »
La description que donne Octave d’André rappelle à s’y méprendre le poème « L’Albatros » de Baudelaire. 

« Marquis : Oh, je souffre, bon Dieu. Et j’ai horreur de ça! »

***

Snowpiercer (2013)

Screenwriters: Bong Joon-Ho & Kelly Masterson
Gilliam: John Hurt

“Gilliam: I’m a shadow of my former shadow.”
Gilliam is an old man dressed in rags.

***

L’Assassin habite au 21 (1942)

Dialoguiste : Henri-Georges Clouzot
Mila Malou : Suzy Delair
Dr. Linz : Noël Roquevert

« Mila Malou : Au moment où j’allais entrer par la grande porte, …
Imprésario : Vous êtes sortie par la petite! »

« Dr. Linz : Épié? Non, mais dites tout de suite que j’ai regardé par le trou de la serrure.
Mlle Cuq : Je ne jurerais pas le contraire.
Dr. Linz : Vous avez tort! Je n’ai jamais aimé le spectacle des ruines. »

« Mila Malou [à Mlle Cuq] : À votre âge, les carottes sont cuites, tandis que les miennes ne sont pas encore épluchées. »

***

The Godfather (1972)

Screenwriters: Mario Puzo & Francis Ford Coppola
Gilliam: John Hurt

“Michael: I’ll make him an offer he can’t refuse.”

***

Zodiac (2007)

Screenwriter: James Vanderbilt
Robert Graysmith: Jake Gyllenhaal

Robert Graysmith: Just because you can’t prove it doesn’t mean it’s not true.